Le lapin nain : dans un autre ordre…d’animaux

lapinouLe lapin, contrairement à une idée reçue, ne fait pas partie de l’Ordre des Rongeurs. C’est un Lagomorphe. Comme son cousin le lièvre, sa Famille est celle des Léporidés. Il a d’abord été chassé, puis essentiellement élevé pour sa viande comme pour sa fourrure. Il l’est d’ailleurs toujours.

Mais depuis quelques décennies, la génétique aidant, certaines races ont pu être sélectionnées pour leur petite taille et leur docilité : c’est ainsi que le lapin nain est depuis longtemps un de nos plus anciens N.A.C. (Nouveaux Animaux de Compagnie), pour le plus grand plaisir des petits comme des grands.

Son habitat :

Les conditions d’élevage sont faciles à mettre en oeuvre. C’est un animal qui n’apprécie pas forcément la compagnie de ses congénères, et qui supporte mieux de vivre seul. Il apprécie néanmoins la compagnie de ses maîtres : placer sa cage en hauteur facilitera les contacts en le faisant assister plus facilement à la vie et à l’activité de la maison. De préférence, on respectera une température optimale de 20°C à 22°C, et on évitera l’exposition directe aux rayons du soleil. Attention en particulier à l’effet de serre et abstenez-vous de placer la cage trop près d’une grande fenêtre ou d’une baie vitrée ensoleillée. Comme pour les rongeurs, vous serez particulièrement vigilants à éviter tout courant d’air.

Le bac sera tapissé d’une litière végétale ou de copeaux de bois au naturel. Il sera changé, nettoyé et désinfecté deux à trois fois par semaine au minimum.
Une cage de 40 cm de haut, 70 cm de long pour 45 cm de large suffira à faire le bonheur de votre petit animal si par ailleurs il peut se dégourdir les pattes de temps régulièrement dans la maison. Prévoyez également une petite maison en bois où il pourra se reposer et se cacher.
A l’extérieur de sa cage, évitez de le laisser gambader sans surveillance dans la maison : il risque de ronger tout ce qui lui passera entre les dents, y compris les fils électriques ou les pieds de vos meubles.

Il n’est pas recommandé de faire cohabiter plusieurs individus, sauf éventuellement un couple pendant la période des amours. Si vous optez pour cette solution, attendez-vous rapidement à être à la tête d’une famille nombreuse!

Seul le cobaye peut également cohabiter sans trop de difficultés avec le lapin, à condition qu’ils aient été habitués l’un à l’autre dès le plus jeune âge.

Son alimentation :

L’alimentation de base est assurément composée de fibres : le lapin est avant tout un herbivore.

Le foin sera distribué à volonté, il pourra même avantageusement tapisser la totalité de la surface de la cage. Mais attention aux souillures : pensez à nettoyer le bac régulièrement. Outre le foin, les repas seront essentiellement composés de graines spéciales pour lapins, en proportion de 30g en moyenne pour un adulte et par jour.

Vous pourrez également lui donner quelques friandises (en quantité modérée) comme des légumes frais (feuille de chêne, endive, carottes ) ou des fruits (pomme), du pain sec ou une biscotte. Attention : lors de l’acquisition en animalerie, les aliments frais n’ont souvent encore jamais été distribués. Il faudra faire alors une transition alimentaire progressive en habituant tout doucement votre lapin à ses nouveautés, sous peine de gros soucis digestifs parfois graves.
Vous pourrez également prévoir de lui laisser à disposition une pierre à lécher, pratique pour les apports en sels minéraux complémentaires.

Bien sûr, de l’eau claire et propre sera distribuée à volonté, de préférence à l’aide d’un biberon pour éviter les souillures.

Sa biologie :

Animal diurne, l’adulte pèse, en fonction de la race, entre 800g et 2,4 kg pour les plus costauds, et son espérance de vie est de 8 ans. L’âge de la puberté est de 3 mois pour la femelle, 4 mois pour le mâle. L’âge de mise à la reproduction est de 7 mois. La période de reproduction dure toute l’année, mais est favorisée en été. La gestation quant à elle est de 31 jours, et on compte en moyenne 3 petits par portée. Il est recommandé de ne pas dépasser 2 à 3 portées par an. Les petits seront sevrés à partir de la 8ème semaine.

La prévention médicale :

Deux maladies existent chez le lapin qui peuvent être évitées par une vaccination adaptée : la myxomatose et la maladie virale hémorragique.

La myxomatose est une maladie virale transmise par piqûre de puces ou de moustiques. Elle se traduit par de la fièvre, une conjonctivite, des nodules rougeâtres sur la tête. La face et les pattes peuvent également gonfler. La primo vaccination nécessite deux injections à 1 mois d’intervalle dès l’âge de 4 semaines, puis les rappels devront être effectués tous les 4 à 6 mois.

La maladie virale hémorragique est une maladie virale extrêmement contagieuse et foudroyante. Les symptômes n’ont pas le temps d’être observés que l’animal est déjà mort. Elle se transmet surtout de lapin à lapin. La vaccination peut débuter dès l’âge de 4 semaines et le rappel doit être effectué tous les 6 mois.

Il existe plusieurs races de lapins nains, du plus petit (les toys) au plus gros (lapins béliers). Vous avez l’embarras du choix quant à la taille et la couleur. Retenez simplement que certains ont leur petit caractère qui peut parfois surprendre. Le lapin est un lunatique, et d’une phase calme va devenir tout fou sans que personne ne sache pourquoi. Certains mâles peuvent également devenir parfois très remuants, voire agressifs. C’est pourquoi il est le compagnon idéal des enfants de plus de 8 à 10 ans